POESIES

Souvenir d'une muse

Comme un chat paresseux qui s’assoupit dans la laine
Ton corps, charmant de beauté, se détend.
Un sourire apparait tout doucement ! Je t’aime !
Nous étions ensemble et nous étions contents.

Ton corps charmant de beauté, se détend
Dans les draps parfumés d’encens et de framboises.
Nous étions ensemble et nous étions contents
Sous notre toit divin où dansaient les ardoises.

Dans les draps parfumés d’encens et de framboises,
Je me rappelle la douceur de ton teint.
Sous notre toit divin où dansaient les ardoises
Quand le soleil brillait pour amener le matin.

Je me rappelle la douceur de ton teint,
La délicatesse d’un regard humide
Quand le soleil brillait pour amener le matin
A nos corps enlacés, à nos âmes candides.

La délicatesse d’un regard humide
Dans tes yeux se reflète un rêve d’amour.
A nos corps enlacés, à nos âmes candides
Mes pensées, sans remords, se promènent toujours.

Dans tes yeux se reflète un rêve d’amour
Quand tu te réveilles, tu gémis de bonheur.
Mes pensées, sans remords, se promènent toujours
Sur ton visage pâle qui me réchauffe le cœur.

Quand tu te réveilles, tu gémis de bonheur
Comme un chat paresseux qui s’assoupit dans la laine.
Sur ton visage pâle qui me réchauffe le cœur,
Un sourire apparait tout doucement ! Je t’aime !



09/10/2012
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres